Manuel Valls et les 35 heures : c’est la valse socialiste à trois dents (longues…)

Ca part fort les droits de succession pour 2012. A gauche comme à droite. Le leader Minimo nous présentant son bilan positif droit dans la caméra comme autant de vœux pieux, nous rappelle que l’année « présidentielle » est une échéance électorale de première classe. Ce que les «déclarés » aux primaires socialistes on bien compris, merci!

Et c’est parti pour un grand racolage d’hiver. Sarko, désormais muet comme une carpe avait donné le départ en ratissant sans ménagement à coup d’Hortefeux dans les camps de la droite dure. Manuel Valls joue à présent la carte de d’œcuménisme en tirant à boulet rouges sur les 35 heures. Le jeu se brouille à vive allure et il nous reste encore 18 mois à tirer…

Le bouillant socialiste, fort conscient du handicap que représente pour « son » parti, le fait de n’avoir encore aucun candidat officiel derrière qui se ranger en ordre de bataille, entend se chauffer une place de choix. A droite de Martine Aubry et tout près de Dominique Strauss-Kahn.

Question marketing, le jeu en vaut la chandelle. Bien avant l’électorat, il faut convaincre l’appareil et la base. Et même si la secrétaire du parti semblait, un temps, avoir repris le contrôle des opérations, il y a quand même du mou dans la corde à nœuds. Et une solide tradition de dispersion des forces socialistes.

Le tout est de trouver sa niche. En adoptant une « posture », terme très à la mode. Celle du député de l’Essonne sera donc « libérale raisonnée« . C’est pas mal, flatteur, haut de gamme.

CULOTTE

De toute façon, le créneau « gauche toute » apparaissait déjà bien encombré après les manifestations contre la réforme des retraites.. Et comme le patron du FMI, poids lourds rose pour 2012, s’était rallié à la lecture sarkozyenne sur la fin de vie française autant le marquer à la culotte par la surenchère.

Donc, pour Valls il faut « verrouiller » les 35 heures. Comme si la majorité l’avait attendu… Formidable suggestion alors que la proposition du « travailler plus pour gagner plus » a eu un incroyable succès en matière de créations d’emplois.

Mais cela aura peut-être faire dire à quelques uns « il est bien ce Valls, pas figé, adaptable ». Et pour être adaptable, il l’est… Ce qui fait froncer les sourcils de ses camarades de cellules.

De l’autre côté de l’échiquier, on se frotte les mains, bien sûr, devant cette débandade. D’autant plus qu’il y a peu, c’était précisément l’image donnée par les rangs de l’UMP. Aujourd’hui c’est « silence, il n’ y a rien à entendre! ». Le président tente d’apprendre que si il faut deux ans pour apprendre à parler, il faut une vie pour apprendre à se taire…


Cet article a été publié dans Non classé, Politique, Vision avec les mots-clefs , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

2 Trackbacks

  • [...] bien sûr. La mouvance doit choisir qui, comme tout un chacun politique, portera ses couleurs en 2012. Ce qui, chez les Verts, peut devenir vite très cocasse et malheureusement contre [...]

  • Par Vite CV le 21 avril 2014 à 23 h 07 min

    Manuel Valls, le chômage et les 35 heures……

    Partisan d’une politique de l’offre, Manuel Valls va-t-il s’attaquer aux 35 heures pour lutter contre le chômage et les destructions d’emplois ? Mis en échec sur l’inversion de la courbe du chômage, Michel Sapin s’est vu remplacer au poste de ministre …

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>